Lycée Louis Feuillade

Arts plastiques & Cinéma audiovisuel

Des mots dans l'art

Traiter de la présence des mots dans les oeuvres d'art ne teindrait pas dans une page. Nous allons donc nous limiter à des exemples significatifs qui reviennent fréquemment quand on évoque le sujet et surtout qui collent au plus près de l'oeuvre de Barbara Kruger dans les dimensions sémantique et plastique.

Calligramme

Le mot «calligramme» a été inventé par le poète Guillaume Apollinaire (1880-1918) en contractant deux mots : «calligraphie» et «idéogramme». Ce mot-valise, qui fait référence à la beauté de l’écriture désigne donc une «poésie graphique»

L’idéogramme est un symbole graphique (un dessin en somme) représentant un mot ou une idée (c’est le sens de idéo- tandis que -gramme signifie « écriture, lettre »), tel qu’on en trouve aujourd’hui au Japon ou, auparavant, dans l’Égypte antique.
La calligraphie est l’art de bien former les caractères d’écriture. Le mot est composé de calli- qui veut dire « beauté » (comme dans callipyge) et du suffixe -graphie signifiant « écrire ».
Au début, Guillaume Apollinaire avait d’abord appelé le calligramme «idéogramme lyrique».

Dans le calligramme, le texte et le dessin traitent tous deux du même sujet. Un texte en forme de cœur parle de cœur, un texte en forme de cigare parle de cigare, etc.

Guillaume Apollinaire, Calligrammes, 1915 à 1918

Dada

A l'origine, devant le non-sens de la guerre (1914-1918) Un petit groupe de créateurs prit la décision de construire un Nouveau Monde. Cette petite communauté pris la décision d'exploser le champ artistique et de faire table rase. Le dada, ou dadaïsme, était un mouvement intello et des arts, apparu pour la première fois dans la ville de Zurich au début du XX ème siècle. Au cours d’une soirée de février 1915, au fameux cabaret Voltaire de Zurich, un grand nombre d’acteurs du monde des arts contemporains de l’époque, dont Tristan Tzara et Marcel Janco, donnent vie au mouvement. En effectuant à travers leurs œuvres une véritable quête de leur libération et de l’ironie, de jeunes artistes tels que Hugo Ball, Marcel Duchamp, l’écrivain et poète Tristan Tzara et le peintre et architecte Marcel Janco, réorganisent le monde l’art, depuis l’Europe comme chez les Américains.

Dans leur volonté de tout mettre à plat, jusqu'à nier les compétences, le savoir-faire, le goût, les genres, les filiations, les théories, etc., tout était possible et tout était utilisable. Alors, pourquoi pas des tickets, des affiches, des objets, des journaux, des écrits automatiques, des pensées brutes, etc.
Le courant qui lui succédera, le surréalisme, poursuivra l'usage des recyclages d'objets et de collages divers.
Beaucoup d'oeuvres dadaïstes et surréalistes vont conjuguer les images aux mots.

Collages de Raoul Hausmann et Kurt Schwitters

Marcel Duchamp

Artiste incontournable, inclassable même si sa démarche et ses oeuvres se rapprochent de Dada, du surréalisme, du cubisme, du futurisme, etc.
Marche Duchamp a souvent joué dans son oeuvre et autour de son oeuvre (titres) avec les mots. L'une des oeuvres emblématique de l'artiste est L.H.O.O.Q (1919). Double sens, en français et en anglais. Les lettres manuscrites figurent dans le bandeau inférieur d'une affiche de la Joconde maquillée au crayon d'une barbiche et d'une moustache. Ce geste quasi iconoclaste doit être mis en perspective avec le texte de Freud sur un souvenir d'enfance de Vinci qu'il a cru retrouver dans le tableau de "Sainte Anne, la Vierge et l'enfant". L'inconscient de Vinci resurgissant dans sa peinture (même si depuis cela est contesté) incite Duchamp à travestir la Joconde.

Différentes versions de L.H.O.O.Q (1919-1922)

Robert Indiana

Robert Indiana est un artiste Pop américain qui tire son Robert Indiana est un artiste Pop américain qui tire son inspiration de la typographie qu’il voit sur des signes, des panneaux publicitaires ou encore des logos. Il est surtout connu pour son LOVE, aux lettres empilées en caractères gras intitulé O, qui apparaît sur un timbre postal en 1973 et dans de nombreuses sculptures en acier à travers le monde.
Né Robert Earl Clark le 13 septembre 1928 à New Castle dans l’État de l’Indiana, Indiana prend comme pseudonyme le nom de son État
Dans les années 1960, Indiana commence à peindre des mots simples, souvent composés de trois ou quatre lettres et réalise les œuvres pour lesquelles il est le plus connu.

La série "LOVE" a débuté en 1964. Mais cette simple sculpture de quatre lettres allait éclipser le reste de l'œuvre de l'artiste et inciter certains critiques à le considérer comme un recycleur d'idée, un rabâcheur. L'amour n'est pas tout rose on le sait. Alors que LOVE a été reproduit sur 330 millions de timbres-poste, permettant à l'art d'Indiana de voyager dans le monde entier, il a également été reconfiguré sous d'innombrables autres formes qu'il n'a jamais autorisées - ni profitées.

La série LOVE de Robert Indiana. Quelques exemples : sculpture, peinture, timbres. A partir de 1964

Annette Messager

Cette artiste française, née en 1943, est connue pour ses installations, qui rassemblent photographies, estampes, dessins et divers matériaux de la vie de tous les jours. Elle déménage à Paris pour étudier à l’école nationale supérieure des Arts Décoratifs avant d’être renvoyée en 1966 parce que ses professeurs considéraient que son engagement scolaire n’était pas suffisant.
Ses premières œuvres des années 1970 questionnent les normes de genres et différents personnages dans des œuvres controversées, notamment des photographies en gros plans d’entrejambes masculines dans Les Approches (1973) et une série de proverbes misogynes français brodés sur du tissu dans Ma collection de proverbes (1974).
Annette Messager capture dans ses filets tout un univers d'objets inattendus et chargés de significations fortes.

Les mots "sculptures/installations" reviendront souvent dans son oeuvre.

Voici quelques exemples récents : "Jalousie" 2017, "Désir" 2009, "Emotion" 2017.
Lawrence Weiner

Lawrence Weiner est né dans le bronx à New York en 1942. Il est devenu célèbre grâce à ses pièces qui se présentent, en majorité, sous la forme d'énoncés écrits sur un mur en lettres capitales sans serif. Par la typographie et la mise en espace, son travail compose de véritables partitions visuelles. Ses structures composées de mots ou fragments de phrase, sont souvent accompagnées de signes graphiques et de lignes.

Entraîné par ces morceaux de phrase, le spectateur s'aventure vers une nouvelle relation à l'oeuvre qu'il ne s'agit plus de voir mais de concevoir.

Ce moyen d'investigation permet à Lawrence Weiner de consommer une palette de formats qui s'étend des livres aux films, en passant par des vidéos, des performances ainsi que des oeuvres sonores.

Jean Michel Basquiat (1960 - 1988)

Né d'une mère portoricaine et d'un père haïtien en 1960, Basquiat démontre dès son plus jeune âge un intérêt très prononcé pour l'art. Sa mère, attirée par le monde artistique, l'amène fréquemment visiter les musées new-yorkais afin de développer son talent ainsi que son intérêt de façon plus poussée.

Graffiteur au style percutant et original puis peintre virtuose capable de véhiculer un message spontané, enfantin et à la fois effroyablement sérieux, son oeuvre pointe vers une nervosité et une violence bien particulières, caractéristiques très représentatives du personnage qu'il était.

En 1976, Jean Michel Basquiat commence à peindre au spray à Manhattan. Les oeuvres comportent toutes deux caractéristiques particulières : une certaine poésie et d'étranges symboles.
C'est en 1977 que Basquiat commence à signer ses graffitis SAMO (ou same old shit ), signifiant en français littéralement « même vieille merde » ou plus proprement dit « rien de neuf ».

Du mur à la toile, les mots ne quitteront pas l'espace créatif de Basquiat.